Tel:   0800 944 44
 graphic logo  


L'événement culturel de l'été à Bruxelles!    

Jalousie en trois mails (2011)

de Esther Vilar

- -

Retour à la page précédente

Toute la Presse de Jalousie en trois mails (2011)


Alors, voir trois femmes se crêper virtuellement le chignon, c’est un petit régal.
Cependant, loin de la caricature des crêpages de cheveux, morsures, griffures et autres roulades dans la boue généralement typiques des combats féminins, ici tout passe par les mots.
Tragi-comédie épistolaire, si la pièce explore l’amour et la jalousie et leurs impacts psychologiques, tout son sel réside dans la causticité, faussement ouatée, mais férocement vitriolée du propos.

Consulter article complet

Plaisir d'offrir - 10/3/2010 - Muriel Hublet

La forme épistolaire de la pièce aurait pu manquer de dynamisme mais le jeu des trois venimeuses comédiennes fait galoper ce chassé-croisé. Ingénieux, le décor plante les appartements des rivales sur le même plateau, transformant la correspondance en dialogues. Attention, armes de séduction massive !

Consulter article complet

Le Soir - 20/3/2010 - Catherine Makereel

Une pièce rare . Une idée originale et jamais exploitée de la sorte au théâtre.
Trois ordinateurs « portables » en scène sur lesquels ces trois femmes « tapent » avec venin, amour , fureur ! Cela pète le feu ! D’un dynamisme du tonnerre !
L’enchaînement des mails est prodigieux : celle qui l’écrit le lit puis celle qui le reçoit continue la lecture…à son tour , elle envoie un mail dont elle lit le début et celle qui le reçoit en continue la lecture , et ainsi de suite…
Donc aucun blanc, aucune rupture ! Un rythme continu !

Cinemaniacs - Roger Simons

Comme les sorcières de "Macbeth", elles sont trois à faire bouillir leur marmite infernale -en l’occurrence, modernité oblige, leur boîte à message électronique. Ces modernes harpies se disputent âprement un homme, le "trophée" comme dit élégamment l’une d’elle, non sans se torturer l’une l’autre avec délectation.

Consulter article complet

La Libre Belgique - 19/3/2010 - Philip Tirard

Retour à la page précédente

Top