Unique comme tout le monde, différent comme personne!

Normal! est un spectacle sur la différence, le courage, la tolérance et ce qui fait de nous des humains. Karen De Paduwa nous y raconte avec humour et émotion, certaines histoires de sa vie de «première comédienne handicapée de Belgique.».
Ce spectacle mordant, délirant et sensible se veut lever les barrières entre les gens dits «normaux» et les «mutants» (nains, géants, porteurs de trisomie 21...) qui peuvent devenir les « Super-Héros » de nos vies à tous.


Karen de Paduwa préfère le mégaphone au poing levé pour parler de la différence mais le titre du spectacle ne laisse pas planer le doute: « Normal!», avec un point d’exclamation s’il vous plaît. Dans son spectacle, émotion rime avec humour tout au long de cette partition menée tambour battant.
Pour Karen, une formule choc décrit bien sa carrière exemplaire: «Unique comme tout le monde, différente comme personne». C’est ainsi qu’elle souhaite être vue, dans chaque pièce, chaque rôle, chaque réplique, non pas en comédienne naine, mais en comédienne tout court! Elle est à deux doigts d’y réussir, mais peut-être faudrait-il pour y être tout à fait que son rêve intime et un peu fou se réalise enfin: celui de jouer un des grands rôles du répertoire, la Roxanne de Cyrano ou la Juliette de Shakespeare. Elle s’y sent parfaitement prête. A bon entendeur…

«Que Thierry Janssen ait écrit spécialement pour moi, me touche particulièrement. Parce que cette différence, j’en ai fait une force ! Le besoin de partager mon expérience tant personnelle que professionnelle est vital.»
Karen de Paduwa


CREATEURS
AuteurThierry Janssen 
Mise en scèneGauthier Bourgeois 
CostumeMarie Spada 
AVEC
Karen De Paduwa 
Stany Mannaert 
Une co-production d'Anima ASBL et du Royal Festival de Spa

«Le thème de la différence est un sujet qui m’a toujours tenu à cœur, mais en plus la trisomie 21 s’est invitée dans ma vie le 1er octobre 2011 à la naissance de mes jumeaux, Loïc et Eledwen.Mon petit garçon est né trisomique.
Je souhaite utiliser au mieux mon art pour faire comprendre au monde ce qu’est cette différence, pourquoi nous devons non seulement les accepter, les aimer, mais également, à l’instar de bien d’autres pays, pratiquer une réelle politique d’inclusion qui serait une richesse inouïe pour notre société.»
Thierry Janssen


Dans Normal, Karen de Paduwa, naine comédienne (et non pas comédienne naine), flanque une solide dégelée à nos préjugés. Se proclamant fièrement première comédienne handicapée professionnelle du pays, elle titille son public : « Handicap… Vous n’aimez pas ce mot-là, hein ? » Et voilà qu’elle se lance dans une étonnante explication de la genèse du mot.

Si elle évoque à maintes reprises son parcours et ses expériences passées (familiales, scolaires, professionnelles…), elle élargit considérablement le débat grâce au texte que Thierry Janssen lui a écrit sur mesure. « On est tous différents, comme tout le monde », proclame-t-elle. Avec Stany Mannaert qui déborde largement de son rôle de musicien pour devenir un vrai partenaire de jeu, elle dézingue Mimie Mathy et les nains qui « jouent au nain », raconte ses coups de boule dans la cour de récré, chante Aznavour à sa sauce et met en évidence certaines aberrations comme ces films où des nains apparaissent systématiquement dans des cauchemars. « Vous avez déjà fait un rêve avec un nain, vous ? », interroge-t-elle. « Même moi ça ne m’est jamais arrivé. »

« La seule limite, c’est l’imagination »
À la fois hilarante et touchante, elle évite tout pathos, préférant les faits qui parlent d’eux-mêmes, comme lorsqu’elle s’étonne qu’on ne lui ait jamais proposé le rôle de Juliette face à Roméo. « Pourtant, énonce-t-elle, Shakespeare n’a jamais écrit que Juliette devait faire entre 1m50 et 1m90. Les personnages de fiction n’ont pas de limite. La seule limite, c’est l’imagination. »

Le Soir - 12/8/2021

Toute la presse :


Rien encore sur ce spectacle




Pas encore de galerie de photo sur ce spectacle

«Une naine ne travaillera jamais sur les planches en Belgique!»
Voilà comment Karen de Paduwa, jeune fille de petite taille comme on le dit plus joliment aujourd’hui, a été accueillie en 1999 par deux de ses futurs professeurs, alors qu’elle donnait la réplique à son cousin qui l’avait convaincue de le suivre et de présenter en duo l’examen d’entrée au Conservatoire de Bruxelles, section théâtre.


Pas encore de dossier sur ce spectacle