graphic logo  


L'événement culturel de l'été à Bruxelles!    

Est-ce qu'on ne pourrait pas s'aimer un peu?

de Eric de Staercke, Serge Bodart et Sandrine Hooge

- -

Retour à la page précédente

Article complet


Un spectacle unique


La pièce

Drame burlesque en plusieurs tableaux évoquant la solitude et les actes désespérés qu'elle engendre Est-ce qu'on ne pourrait pas s'aimer un peu? raconte l'histoire d'une série de personnages dont les destins n'arrivent pas à se croiser.
C'est une course poursuite éreintée et haletante entre des êtres meurtris et renfermés ...
Ils traversent la scène, devant un pianiste , lui-même seul et abandonné, ébahi, témoin silencieux et impuissant de notre vie quotidienne devant la détresse des autres. Cette quête de l'inaccessible amour de l'autre n'a pas de fin, les personnages de cette comédie hautement burlesque ne renoncent jamais, ils courent toujours, même après le baisser de rideau, leur vie n'est qu'une lutte déchirée et hurlante...
Ils veulent s'aimer, se toucher, se rencontrer envers et contre tout, mais un destin ou une adversité sombre et irrémédiable les sépare obstinément!

Le thème

C'est l'amour en opposition à la solitude! "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé."
Il ne s'agit pas , dans cette pièce , de la solitude comme un état de fait accepté, bien au contraire nos personnages vont tout tenter pour sortir de cette spirale de départ...
La solitude est abordée ici dans ce qu'elle engendre comme actes de désespoir pour sortir de ses filets ...
Pour nos personnages tous les moyens sont bons, du plus futile au plus tordu ...
Ainsi, les destinées de nos personnages dérapent littéralement et passent du rationnel banal et quotidien à l'absurde le plus débridé.
Le spectacle, on s'en doute, n'apportera aucune solution à la solitude, et bien sûr ne prétend ni ne veut proposer de morale ... il n'est qu'une 'flexion poussée à l'extrême devant des faits de tous les jours ... Un agrandissement géant, peut-être, pour nous un moyen d'exorciser, et en tout cas une façon de briser notre vision et chercher autre chose que le regard indifférent que l'on laisse tomber sur le trottoir tel une maigre obole.

Le style

Ce spectacle musical et burlesque ne s'inscrit dans aucun genre connu, plus proche du cinéma muet d'avant guerre et du théâtre absurde d'après guerre -- comme si la guerre n'avait pas été absurde. Il utilise la musique, le clown, la cascade, le texte, le mime, la grimace et le silence pour exprimer la quête d'amour.
Le déroulement du spectacle
A l'avant de la scène, un piano à longue queue. Au centre, un canapé. Un homme entre; de toute évidence il s'agit d'un pianiste. Celui-ci salue le public, parcourt les quelques mètres qui le séparent du piano, s'assied, entame une valse, pleure et sort.
Entrent deux personnages, un homme et une femme qui s'asseyent sur le canapé. S'ensuit des scènes de rencontres, de séparations, de heurts, de disputes…
Le pianiste va ainsi pendant une heure, être le témoin passif ou parfois actif de mille incidents, aventures, rencontres, disputes ou courses poursuites.

La mise en scène

La mise en scène tend à réunir trois types de démarches: la musique (Serge Bodart), le mouvement et le corps (Sandrine Hooge) et le théâtre (Eric De Staercke). Il existe plus d'un point commun entre toutes ces disciplines, mais plus difficile est de les faire cohabiter parallèlement sur la scène et s'en servir pour la narration ou l'action dramatique. C'est sur cet aspect précis que le Théâtre Loyal du Trac a déployé toute son énergie. C'est un jeu de clown (familié à Jaco Van Dormael) qui sert d'expression majeure et qui sous-tend les personnages et les scènes. Les caractères sont grossis, les gestes sont chorégraphiés et orchestrés, mais toujours servis par une sincérité et une sensibilité qui font osciller la mise en scène entre comédie et poésie dramatique.

Le décor, les éclairages, les accessoires, les maquillages et les costumes

Tous ces éléments de la représentation, dans une parfaite sobriété et une totale symbiose, contribuent à mettre en valeur les situations, la musique et les personnages. Ils ont juste ce petit décalage qui permet le rêve, qui les dégagent de toute réalité froide et concrète.

Retour à la page précédente

Top