graphic logo  


L'événement culturel de l'été à Bruxelles!    

Meilleurs alliés

de Hervé Bentégeat

Mise en scène: Jean-Claude Idée - - Les 27 et 28 août et le 10 septembre 2020

Un fabuleux moment d’Histoire !

Un face-à-face orageux entre deux monstres de l’Histoire, qui éprouvent l’un pour l’autre un mélange d’estime et d’agacement, de fascination et d’exaspération.
D’Avignon à Paris, en passant par Bruxelles, la Wallonie, la France et Beyrouth, ce sont 35.000 spectateurs qui ont applaudi Michel de Warzée et Pascal Racan.

Grand Prix de l’Académie française à Hervé Bentégeat pour «Meilleurs Alliés».


Le 4 juin 1944, Churchill convoque de Gaulle à Londres pour lui faire part de l’imminence du débarquement des troupes alliées en Normandie. De Gaulle est furieux : la France libre est écartée de la plus grosse opération militaire de tous les temps, qui aura lieu sur les côtes de France. La rencontre se passe très mal. Au point que Churchill envisage d’enfermer de Gaulle quelque part en Angleterre.

Armés de leurs obstinations et farouchement attachés à la Liberté, ces deux géants vont affronter leurs incroyables résistances qui changeront le cours de la guerre. Un texte puissant, deux caractères forts et un impressionnant dialogue pour revivre…


CREATEURS
AuteurHervé Bentégeat 
Mise en scèneJean-Claude Idée 
ScénographieJean-Claude Idée 
VidéoOlivier Louis Camille
SonOlivier Louis Camille
AVEC
Charles De GaullePascal Racan 
Winston ChurchillMichel de Warzée 
Anthony EdenLaurent D'Olce 
Pierre ViénotDenis Berner 
Une coproduction entre la Comédie Claude Volter et le Théâtre du Petit Montparnasse (Paris)

Imaginez un Stan Laurel…immense mais faible, vous avez Pascal Racan, raide, humilié et finalement…vainqueur. Le "grand rôle" de sa vie ? Il est éblouissant : il n’imite pas De Gaulle, il l’habite.

Face à lui Michel de Warzée, petit rondouillard méchant et alcoolique, dans le rôle teigneux de Churchill, humiliant De Gaulle. Un de ses grands rôles, aussi…

Pas étonnant qu’en terre française, à Avignon puis à Paris (100 représentations), "Les meilleurs alliés" aient cartonné, au niveau de public et de la presse, du Figaro à l’Humanité en passant par l’Express et des dizaines d’autres.

Christian Jade - RTBF - 21 janvier 2018

Toute la presse :


Rien encore sur ce spectacle



    Version pleine page (seule version disponible monde Apple)


    On me demande une « note d’auteur » sur les raisons qui m’ont poussé à écrire cette pièce. Que dire ? Il y en a mille.

    Disons, d’abord, le côté shakespearien de ces personnages, individus qui se débattent dans les tempêtes sans renoncer à l’idée d’orienter le torrent de l’Histoire.
    Disons, ensuite, le côté « Laurel et Hardy » de ce couple baroque, où un grand maigre introverti fait face à un petit gros exubérant. Disons, toujours, la folie qui les anime, sans laquelle il n’y a pas de grandeur. Car enfin, Churchill et de Gaulle se prennent tous les deux, chacun à leur façon, pour Jeanne d’Arc : des voix leur ont dit, dès leur plus jeune âge, qu’ils allaient un jour sauver leur pays. Disons, aussi, leurs doutes. On les croit assurés de leur bon droit, sans états d’âme, granitiques : c’est tout le contraire. A plusieurs reprises, ils ont failli tout lâcher. Depuis toujours, Churchill est rongé par la mélancolie, de Gaulle par l’aquabonisme. L’un est un optimiste dépressif, l’autre un pessimiste actif. Disons, encore, leurs relations faites d’estime et d’agacement, de fascination et d’exaspération. Pour un romancier, ou un homme de théâtre, il n’y a pas de matière plus riche que l’ambivalence des sentiments. Disons, enfin, la part de hasard qui a fait leur destin, sans quoi l’un aurait été bibliothécaire de province et l’autre peintre du dimanche."

    Suite

     


    Top